L'Anti-Justine (3raisons) par Restif De La Bretonne

L'Anti-Justine (3raisons) par Restif De La Bretonne

Titre de livre: L'Anti-Justine (3raisons)

Auteur: Restif De La Bretonne

Broché: 132 pages

Date de sortie: November 15, 2012

Éditeur: Kinoscript

Nom de fichier: l-anti-justine-3raisons.pdf


* You need to enable Javascript or disable adblock
in order to read online

Lire En Ligne  L'Anti-Justine (3raisons)

Restif De La Bretonne avec L'Anti-Justine (3raisons)

Dans l'imaginaire masculin, disons aux confins de ses fantasmes et aux tréfonds de ses pulsions, l'Amour aura toujours une saveur interdite. D'une obscénité sans limite, de sentiments extravagants en tendresse lubrique, L'Anti-Justine nous dévoile toute la passion de Nicolas Edme Restif de La Bretonne pour l'inceste, son fétichisme pour les petits pieds (à voir Le Pied de Fanchette, ou le Soulier couleur de rose) mais avant tout sa soif de luxure, omniprésente tout au long du récit.

Chef-d’œuvre de la littérature érotique paru en 1798,  L'Anti-Justine, ou les Délices de l'amour est immoral à souhait, tout en charme et volupté. Manipulateur aux passions dévorantes, l’écrivain nous entraîne à sa suite au cœur d'un univers débauché, entre gouffres à luxure et cavernes désirées. 

 

« Personne n'a été plus indigné que moi des sales ouvrages de l'infâme de Sade que je lis dans ma prison. Ce scélérat ne présente les délices de l’amour, pour les hommes, qu’accompagnées de tourments, de la mort même, pour les femmes. »… Tels furent les propos houleux de la préface de Restif alors qu’il s’autoproclamait parfait opposé de son contemporain, le Marquis de Sade. 

Alors que de Sade, homme de lettres, philosophe, romancier et révolutionnaire, prônait l'érotisme associé à des actes impunis de violence de par Justine, Aline, le Boudoir, la Théorie du Libertinage, Restif, investigateur de projets de réforme sociale et écrivain à la plume libérée et provocatrice, le contredisait via La Famille vertueuse, Lucile, ou le Progrès de la vertu, ou encore Le Pornographe.

 

C’est ainsi que le libertin de la Révolution française remplaça la Justine du Marquis par son Anti-Justine. Le roman se dut dès lors de surpasser l'autre en volupté tout en lui cédant en cruauté, l’idée de Restif restant de présenter le couple et l’amour comme quelque chose de beau, « exempt de scrupules et de préjugés » pour reprendre ses mots. En réponse à cette « attaque » rédigée en toute impunité, de Sade, alors incarcéré à Vincennes, ordonna à son épouse de ne surtout rien acheter de Restif, « auteur de Pont-Neuf et de Bibliothèque bleue ».

Personnage phare de l'œuvre du Marquis, Justine l’accompagna en tous les cas tout au long de sa vie. Tout autant que la réputation de « monstre » que son détracteur aimait à lui prêter d’ailleurs. Si bien qu’avec le temps, il laissa étonnamment sous-entendre à son avocat qu’il la reniait, cette Justine trop corrompue pour être lue par la décence...